( 10 octobre, 2007 )

Accueil

Recueil de romans policiers à l’époque de Charles V et de du Guesclin par Jean-Luc Laurent d’après le récit de Teresa Ballestrini

—————————————————————————————————————————

Retrouvez l’auteur de ces livres dans une autre époque avec le premier webfeuilleton qui vient de commencer, cliquez

ça y est ! Ce livre, comme ses petits frères est paru chez The Book Edition!

Acheter Les Chroniques des crimes et enquêtes Accueil

De la fondation de la compagnie des Enquêteurs à l’épopée de la Pucelle des Ardennes, les trois premiers extraits des Chroniques des crimes et enquêtes au temps des Marmousets regroupés en un seul livre

Et voici que sur un air de Saltarelle (Danse la plus populaire du XIVème siècle), reviennent « les Chroniques des Crimes et Enquêtes au temps des Marmousets ».
Le livre la saltarelle des Baronnes

muguet-121x150 vous invite à cliquer ici pour suivre les dernières informations

bouton-blog-300x163

*********

Dans un vieux coffre retrouvé dans une galerie oubliée des souterrains du Quesnoy, se cachait un manuscrit. L’auteur en est une certaine Teresa Ballestrini, native de Lucques en Toscane (Italie). Elle nous y parle des aventures et des enquêtes de sa grand-mère Aude et de son grand-oncle Geoffroy tous deux Enquêteurs du Roy Charles V. Vérité historique oubliée ou œuvre de fiction, nous ne le saurons sans doute jamais. Mais laissons-nous guider par son récit que j’ai un peu remanié pour être lisible par des lecteurs du XXIème siècle.  

******* 

Alpes Françaises, 1433 Comme je le suppliais de je ne sais même plus quoi, Oncle Geoffroi se fâcha et me tint un long discours qu’il conclut disant que « prendre la vie était le plus souvent un crime, mais donner la vie ne saurait être un crime ni même un délit. » Et il était le plus grand spécialiste de la justice, celui à qui le grand Charles V avait confié la charge de chasser le crime de son royaume et d’y défendre les innocents. Par contre il m’interdit le cheval.

« - Mais l’équitation est ma passion !

- Tu la retrouveras ensuite. Et tu ne t’ennuieras pas en attendant ton enfant. J’ai remarqué ton joli trait de plume et je te propose un travail qui te plaira. Tu vas écrire notre histoire qui est aussi l’histoire de ta famille. Nous commençons demain matin. »

J’acceptai mais prévins oncle Geoffroi que j’allais écrire à ma mère pour qu’elle m’envoie les carnets d’Aude qu’elle garde précieusement dans notre maison de Lucques.

« - Vous les hommes, avez un peu trop tendance à conter l’histoire à votre manière et je veux pouvoir comparer. Quand je pense que j’ai refusé de les lire il y a un an ! »

Et ce fut ainsi que, en cette année 1433, moi, Teresa Ballestrini, native de la cité de Lucques où mes grands-parents maternels se fixèrent un jour par hasard, je commençai à écrire l’histoire de la branche française de ma famille, de mes ancêtres et de mes parents. Histoire qui commençait près de cent ans auparavant et pourrait se confondre avec cette terrible guerre qui, depuis, porte ce nom.

Téléchargez gratuitement « La fuite de Teresa », prélude aux Chroniques des crimes et enquêtes au temps des Marmousets, cliquez: teresa-113x150 dans

 photo12-112x150photo111-112x150photo7-99x150

 

Récit de Geoffroi Cinq jours plus tard, devant le Conseil et des invités triés sur le volet, Charles V me remit le bâton de commandement, la bague avec le sceau et l’insigne. Il me passa au cou le grand collier et me remit les documents authentifiant ma charge. Puis les membres du Conseil de la compagnie reçurent de ses mains, la bague un peu plus petite, la chaîne et la plaque qu’Il passa autour de leur cou, ainsi que le brevet signé par lui-même. La bannière était à Fleur-de-Lys et portait un chien dans son angle gauche. La devise de la Compagnie y était gravée en lettres d’or.  

Charles me la tendit.

Je désignai Aude du doigt.

Elle poussa sa voisine.

Louison reçut l’oriflamme des mains du Roy

et le leva bien haut sous les vivats.

Téléchargez gratuitement « L’innocence de Louison », partie des Chroniques des crimes et enquêtes au temps des Marmousets qui narre la création de la compagnie des enquêteurs du Roy, cliquez: louison-116x150 

 

Le quatrième volet extrait des chroniques de Teresa : « La Saltarelle des Baronnes » a étémis en vente pour la première fois le 13 Juillet au château d’Imbrechies près de Chimay dans le cadre des journées  « découverte du patrimoine et solidarité » organisées par l’Association des Paralysés de France.

Il était assez logique que la série reprenne dans ce coin du Hainaut aujourd’hui situé en Belgique. Car c’était là que se déroulait en grande partie l’action du troisième volet « Le Dragon de la Rivière ». Là que l’armateur Van Landeghem construisit le « Port de l’Oise ». Là que naquit et vécut la belle Blandine de Landigny avant de devenir la « Pucelle des Ardennes », etc.

Pour les « Chroniques », l’heure du changement a sonné (c’est à la mode). Avec le premier volet de la nouvelle série, apparaissent beaucoup de nouveautés :

Nouveau format : Plus petit et plus maniable, sans être pour autant microscopique, le format « exlibris » (14,8/21) me parait un bon compromis entre le livre de poche et le grand livre.

Nouvelle présentation : Une nouvelle mise en page plus claire et renouant avec le premier esprit des Chroniques. Petites lettrines en début de séquence évoquant les livres de la période médiévale, illustrations, etc. Je vous laisse la découvrir.

Nouvelle couverture avec l’aide précieuse d’un contemporain de Teresa : il grande Maestro Sandro Botticelli. Notons qu’il a su passer outre aux attaques anti-Florentines permanentes de notre petite narratrice Lucquoise.

Nouveau prix : 15 Euros. Soit une réduction de plus de 50% par rapport aux livres précédents. Cliquez :

Acheter La Saltarelle des Baronnes

Allez mettre la mention « j’aime » sur ma page facebook

Connaissez-vous la Saltarelle?

Le  Saltarello ou Saltarelle en France est la danse la plus populaire du XIVème siècle. Son nom vient du verbe italien saltare, sauter. Ce que faisaient plusieurs fois les danseurs dans les chorégraphies assez compliquées de l’époque. Ne me demandez pas de démonstration. Elle se dansait encore au XVème siècle et je sais que Teresa adorait ça.

Chloé a sorti sa flute, ses amis musiciens l’entourent. Nous attendraient-ils? En préparant un éventuel prochain voyage dans le temps, peut-être voulez-vous découvrir cette fameuse saltarelle? Voire essayer de la danser.

Image de prévisualisation YouTube

Tout commença au château de Saint Thiriet un soir de 1372 où le grand poète Tristan ( Hum!), protégé de la Baronne, invita une certaine Claire à danser la Saltarelle. Chloé et ses amis n’interviendront que quatre ans plus tard. Mais nous, nous n’attendrons peut-être pas tout ce temps….

Découvrez mon interview filmée réalisée par Edilivre lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2010

 

Voir aussi les blogs des livres:

numérisation0045-136x150calice-146x150dragon-150x147saltarelle-146x150

3 Commentaires à “ Accueil ” »

  1. maxence dit :

    j’ai beaucoup aimè . ai lu les deux volumes en 9jours en redemande presque avec impatiance je n’ai qu’un reproche à formuler c’est le fait des retours incessant des archives de l’un et de l’autre on en arrive à ne plus lire les petits paragraphes qui indiquent d’où ils ont ètè tirès à part ceci c’est à dèvorer sans modèration un lecteur d’etroeungt et à bientot

  2. monicadekiev dit :

    Bonjour, seigneur des marmousets.
    J’ai eu le plaisir d’être à vos côtés au salon du livre.
    Ma fille a acheté votre premier volume et elle me dit qu’il est très attrayant. j’ai hâte qu’elle le termine pour le lire à mon tour.
    J’ai créé mon propre blog, les bouquins de monica mais je suis encore très novice et ne sais pas encore très bien m’en servir. J’espère y arriver bientôt avec un peu de patience.
    Très amicalement
    Monica

  3. frederic dit :

    j’adore ton bouquin it est exellent j attend la suite sur le livre 2 felicitation un petit bonjour a ma marraine

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|